La reconnaissance au travail : une responsabilité de gestionnaire


Alors que les méthodes de travail ont été grandement modifiées, que les équipes ont été éloignées en raison du télétravail et que nombre d’employés se sentent isolés, plus que jamais les gestionnaires doivent démontrer leur reconnaissance, un puissant levier de mobilisation du personnel. Comment, pourquoi, quand? Notre consultante Aurélie Provot vous explique.


Tout d’abord, il faut savoir que depuis mars 2020, date à laquelle l’état d’urgence sanitaire a été déclaré au Québec, plusieurs personnes ont remis en question leur emploi, voire leur choix de carrière. C’est pourquoi les gestionnaires ont le rôle très important de redonner du sens au travail et de reconnaître le travail individuel et collectif réalisé à travers les confinements, les déconfinements, les reconfinements, les quarantaines préventives, l’école à la maison, le télétravail à temps complet…


Si certains gestionnaires ont innové et ont travaillé d’arrache-pied pour conserver des liens solides, d’autres doivent maintenant consolider et même reconstruire le sentiment d’appartenance à l’entreprise, un aspect essentiel à la rétention du personnel. En effet, le manque de reconnaissance est souvent rapporté comme l’un des premiers facteurs de démotivation.


De quoi est bâtie la reconnaissance au travail?


La reconnaissance au travail porte sur la personnalité de l’individu, sur ce qu’il fait et les résultats qu’il obtient au travail et peuvent être exprimés par les gestionnaires, par les collègues, par les clients, voire par la société, par exemple pour les travailleurs de la santé qui sont félicités depuis le début de la situation de crise.


Les gestionnaires ont plusieurs leviers d’action pour témoigner de la reconnaissance tant par rapport aux situations de travail au quotidien, qu’aux relations professionnelles et sociales et à la gestion des ressources humaines.


Situations de travail au quotidien

· Alléger les mesures de contrôle

· Réguler la charge de travail

· Offrir plus de liberté sur les façons de faire

· Déléguer certaines prises de décisions

· Revoir et faire évoluer les rôles de chacun

· Revoir les priorités à court et à moyen terme

· Adapter son style de gestion


Relations professionnelles et sociales

· Soutenir et former les gestionnaires

· Revoir la façon dont on définit des objectifs

· Apprendre à gérer à distance

· Acquérir des habiletés de communication

· Favoriser des espaces d’échange et soutenir la collaboration

· Souligner l’implication de chacun s

· Être à l’écoute des solutions proposées pour faire face aux difficultés


Gestion des ressources humaines

· Expliciter et transmettre les nouvelles connaissances acquises

· Revoir les critères d’augmentations salariales ou de primes prévues, au regard de la situation actuelle

· Accorder plus de flexibilité d’horaire

· Mettre en place une politique de télétravail qui puisse perdurer dans le temps


Toutefois, il faut garder en tête qu’afin de répondre à ce besoin de reconnaissance qu’ont les employés, les gestionnaires ont eux-mêmes besoin d’être reconnus par leur direction, d’être formés et accompagnés adéquatement, de disposer du temps et des marges de manœuvre nécessaire pour se rapprocher de la réalité du terrain et d’agir en cohérence avec les autres leviers de reconnaissance en place.

En terminant, voici quelques suggestions de lectures pour approfondir la question de la reconnaissance au travail :

· Travail et Changement Crise sanitaire, covid 19, le travail par temps d’incertitude, octobre 2020, 16 pages

· Christèle Pierre et Christian Jouvenot, Agir sur la reconnaissance au travail, Édition de l’Anact, 2010, 101 pages

· 10 Questions sur la reconnaissance au travail, guide gratuit

· La reconnaissance au travail en phase de reprise d’activité : 4 choses à savoir



66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout