Investir dans la viabilité en 2022


Une nouvelle année qui s’amorce. En entreprise, la nouvelle année est souvent propice aux nouveaux objectifs et à la planification. C’est bien beau de planifier ses activités, mais avez-vous aussi pensé à planifier vos investissements?


Et on ne vous parle pas ici d’investir en recrutement, malheureusement. Dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre, il faut pousser plus loin la réflexion. Publiciser des offres d’emploi s’avère, dans la plupart des cas, un coup d’épée dans l’eau. Dans quoi investir cette année? Qu’est-ce qui, à long terme, vous rapportera le plus?


Contexte actuel


Il est vrai que l’année 2021, en raison d’une certaine instabilité des marchés, n’était pas propice aux investissements majeurs. Mais maintenant que tout semble se stabiliser et que les affaires recommencent à rouler normalement malgré certaines difficultés d’approvisionnement qui persistent, vous devez activer votre mode vision à long terme, d’autant plus qu’on prévoit que la pénurie de main-d’œuvre s’aggravera, notamment dû au ralentissement de l’immigration qu’a engendré la pandémie.


Selon une étude de la BDC parue en décembre sur les perspectives d’investissement 2022 des entrepreneurs au Canada, une entreprise sur trois limite ses investissements en raison de l’incertitude économique alors que cette proportion atteignait une entreprise sur deux au mois d’avril 2020. Par contre, la proportion de chefs d’entreprises qui affirment que les difficultés d’embauche commencent à avoir un effet sur les intentions d’investissement a doublé depuis avril 2020 et près d’une entreprise de taille moyenne sur quatre retarde ses investissements en raison du manque de personnel.


Quels processus pourraient être améliorés ou quelles technologies pourraient être implantées pour faire plus avec moins de personnel? Comment maximiser les rôles de chacun et réduire les pertes de temps?


Dans les domaines manufacturiers, les robots sont de plus utilisés et sont aussi de plus en plus accessibles aux PME. Il est donc faux de croire que les investissements dans la viabilité à long terme ne sont accessibles qu’aux grandes entreprises. La technologie et l’automatisation, de même que l’amélioration des processus, demeurent parmi les seules solutions à court et à moyen terme pour contrer la pénurie de main-d’œuvre qui devrait connaître un creux historique en 2030.


Où investir?


Selon l’étude de la BDC mentionnée plus haut, les entrepreneurs prévoient surtout investir dans l’amélioration de l’efficacité de leur entreprise ou dans la diversification de leur offre de produits ou de services.


Parmi les investissements qui sont appelés à augmenter dans la prochaine année, on note la machinerie et les équipements ainsi que la formation des employés et les logiciels.


Voici quelques exemples de postes de dépenses où il serait pertinent de prévoir des investissements dans les prochaines années :


  • Technologie et automatisation

  • Capital humain

  • Formation du personnel

  • Marketing

  • Amélioration des processus

  • Rétention des talents au lieu du recrutement


En effet, quant au dernier point, il faut toujours garder en tête que de retenir son personnel est beaucoup moins coûteux que l’embauche et la formation de nouvelles ressources. Plusieurs stratégies sont envisageables pour retenir vos talents et une équipe de consultants en ressources humaines pourrait vous aider à y voir plus clair.


Cynthia Cowan CRHA, Adm.A



Sources :


https://www.bdc.ca/fr/a-propos/analyses-recherche/intentions-investissement-entrepreneurs-canadiens-perspectives

https://www.journaldequebec.com/2021/11/20/penurie-de-main-doeuvre-un-creux-historique-surviendra-en-2030

52 vues0 commentaire